31.08.15

Aujourd’hui, j’ai lu

Eh les lézards, l’heure est grave. C’est la rentrée. (la rentrée de quoi, on ne sait pas, parce qu’en fait, je rentre (de) nulle part. (A part de Carcassonne. Mais ça on s’en fout au fond, c’est pas vraiment le thème.)

Il fait chaud donc orage. Donc soirée à la cool. Donc thé et bon bouquin. Vie trépidante.

IMG_1769

Trois histoires se croisent dans la ville de Detroit au début de ce que les habitants du coin appellent la Catastrophe. La ville se dépeuple franchement et les rares téméraires – amoureux et piliers de ce lieu – se battent au quotidien pour garder les lambeaux de leurs vies. Que le dernier qui parte éteigne la lumière.

Eugène débarque de France afin de développer le projet de voiture Intégrale de l’Entreprise qui l’avait déjà envoyé vivre en Chine. L’Entreprise est une sorte d’entité dont on entend parler mais qui reste floue; représente toutes les grosses multinationales finalement. Elle n’investit plus tant que ça, quelque chose ne va plus. Alors il traine au Dive In en bas de chez lui. Et rencontre Candice, la serveuse au sourire rouge.

Charlie, dit Skinny – a douze ans et habite avec sa grand-mère. La famille a déjà vu partir une fille et une mère. Skinny a une bande de copains, il est plutôt malin mais sage. Lorsque Bill, son meilleur ami, décide de partir pour la Zone avec Strothers, le troisième larron, il suit plus qu’il ne décide de fuguer. La Zone, vaste terrain vague en friche, les accueille à sa façon.

Brown a connu la ville dans sa période faste. Il est proche de sa retraite de flic et s’enfonce dans une routine aux archives du commissariat central. Il récupère les cartons de fichiers d’enfants disparus de certains départements abandonnés, qui se multiplient au fil des jours. Ça le bouffe, lui, de savoir que des gamins s’en aillent sans que personne ne s’en occupe. La crise, c’est pas une raison pour oublier ce qui demeure important.
« Il a fallu rêver d’une plus grosse voiture, d’une plus jolie maison, ou rêver de ne pas respirer le même air que tout le monde.C’était notre faute. Pas individuellement, mais ça nous est arrivé à nous, c’est comme ça. On a plus parlé la même langue, et c’est cela la guerre. »

Le maitre mot de ce roman, c’est que notre société tourne en rond, se bouffe la queue, court pour oublier que tout part en cacahuète et espère que le mal passera en enterrant le tout sous plus de mauvais. Cache la poussière sous le tapis.
« Ça s’est produit comme dans la théorie de l’évolution des espèces. Pas la version du XIXe siècle où les plus forts survivent. Parmi les théories les plus récentes de l’évolution des espèces, il y a celle qu’on appelle l’hypothèse de la reine rouge, en référence à De l’autre côté du miroir de Lewis Carroll, où Alice demande à la reine pourquoi le paysage ne change pas alors qu’elles courent, et celle-ci lui apprend qu’elles courent, justement, pour rester à la même place. Les espèces évoluent en permanence, selon le jeu de mutations génétiques hasardeuses, mais l’hypothèse de la reine rouge observe que ces évolutions se font en parallèle. Chaque espèce évolue en même temps que les autres, constamment, dans l’ignorance des autres. Chacune court sur place, parce que le monde autour d’elle court. »

Et finalement, la question qui subsiste : la lucidité (ne) permet-elle (pas) l’espoir ?

« Vous direz : la main invisible a rabattu les cartes, mais tout ça va s’équilibrer un jour. C’est faux bien sûr, et vous le savez. Vous direz : c’est la seule solution rationnelle. Mais c’est un désastre rationnel. »
« C’est un tel terrain pour tout recommencer, Detroit, le monde qu’ils nous ont laissé.« 

Ce qui m’a le plus marqué, c’est que malgré un principe de destins reliés vu et revu, Reverdy ficelle son récit comme un chef puisqu’on ne sent pas tellement les manipulations dont il use pour nous emmener dans son monde.

« Je ne sais pas. Une idée. Ça avance comme ça, une enquête. Tu relies les petits points, tu plies selon les pointillés, ça finit par faire des motifs. Comme dans un roman. »

Bien vu, l’artiste. Alors, on en parle, de la Crise ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s