14.11.15

Bonjour,

Hier était un vendredi 13 comme les autres. J’ai ri, j’ai travaillé, j’ai bu un coup avec des amis. Et puis je suis rentrée, j’ai allumé la télé et j’ai cru rêver. J’ai pris mon portable et j’ai appelé tout le monde, à Paris. Dans un sursaut, je ne me rappelais plus si c’était ce soir ou le lendemain que mon frère allait au concert des Deftones au Bataclan. Et mes amis. A 24h près, on peut tout perdre. J’envoie tout mon amour et du courage aux parisiens, aux familles et êtres aimés perdus ou qui ont perdu. Les larmes me montent aux yeux depuis hier soir. J’ai du mal à comprendre. C’est un cauchemar mais ça n’a jamais été si réel.

J’ai commencé un nouveau livre cette semaine. Et comme un écho :

 » Comment pouvait-on être si froid? Comment pouvait-on rire ainsi en pareil moment ? Tant de frivolité me révolta, et je ne pus m’empêcher d’intervenir.

-Messieurs, dis-je en levant la voix pour les faire se retourner, je suis sûr que des nouvelles de Paris tranquilliseraient votre conscience.
-Voici que notre ami s’agite, répondit-il en me regardant, mais je t’assure qu’il n’y a pas de quoi : Paris n’existe plus. »

Le Jardin des Sept Crépuscules, M. de Palol, Zulma

Force & Amour

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s