9.01.16

Salut les yétis,

Je vous souhaite à tous une excellente année 2016 !
Plein d’aventures, de lectures, de curiosité. Plein d’amour.

Vous avez lu quoi pendant les vacances ?
J’avais simplement emmené un livre de poche dans mon sac lorsque je suis rentrée à Nantes, un titre qu’on m’avait amplement recommandé depuis plusieurs années : Le Choeur des femmes, de Martin Winckler.
On m’avait dit « tu verras, ça change ta vie, tu seras remontée à bloc après ça! » Alors certes, c’est un récit bien écrit, bien ficelé, mais comme tout ce qu’on me vante beaucoup en général, j’ai été déçue. Ce livre n’a pas changé ma vie, mais il m’a appris pas mal de choses en ce qui concerne la contraception. Alors je dirai que je le recommande à ceux qui veulent en savoir un peu plus.

Et comme je l’ai fini sur le trajet entre Niort et La Roche sur Yon, j’ai été fouiner dans la bibliothèque familiale. J’y ai déniché le dernier Tracy Chevalier sorti l’année passée : La Dernière fugitive. Je dois avouer avoir été plutôt surprise car il traite d’un thème autour duquel je n’avais jamais lu rien de similaire.
Une jeune anglaise débarque en Amérique avec sa soeur alors que le pays est encore dans sa jeunesse. S’adapter à une culture différente, à des valeurs qui ne correspondent pas à celles inculquées dans un monde de quakers reste le but final de cette femme.
Je n’ai malheureusement pas pu finir le volume, mais s’il y a quelque chose que j’ai compris, c’est que je le conseillerai sans hésiter.

Et puis, en redescendant dans le Sud, j’ai emprunté le fameux Glacé de Bernard Minier, auteur de la région de Toulouse. On l’a pas mal vu sur les tables des libraires ces dernières années et pour cause, il s’agit d’une très bonne vente. Et à juste titre. Un thriller qu’on ne lâche en aucun cas. J’ai d’ailleurs passé une ou deux nuits blanches sur celui-ci, ainsi que sur Le Cercle, la suite des aventures de Martin Servaz dans les Pyrénées. Il ne me reste plus qu’à m’attaquer au tome final, j’ai nommé N’éteins pas la lumière.

Je vous laisse sur une petite citation du deuxième tome, et en musique s’il vous plait :

« L’espoir est une drogue.
L’espoir est un psychotrope.
L’espoir est un excitant bien plus puissant que la caféine, le khat, le maté, la cocaïne, l’éphédrine, l’EPO, le speed-ball ou les amphétamines.
L’espoir accélérait son rythme cardiaque, il augmentait sa fréquence respiratoire, élevait sa pression sanguine, dilatait ses pupilles. L’espoir stimulait la production de ses glandes surrénales, amplifiait ses perceptions auditives et olfactives. L’espoir contractait ses viscères. Son cerveau dopé à l’espoir enregistrait soudain tout avec une acuité qu’elle n’avait jamais connue auparavant. »

Love, mes chatons.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s