En passant

15.05.17

La forme, les belettes ?

On essaie de profiter du soleil, de la chaleur récente, malgré les 10h30 de présence sur le lieu de travail. Et s’il nous reste un minimum d’énergie après ça (la blague), on se pose avec un petit en-cas et des pages qu’on dévorerait bien par la même occasion.

J’entame le dernier Vargas ce soir, mais je viens vous parler rapidement du dernier Thilliez chez Fleuve noir (j’ai parfois l’impression de ne parler que de lui ici, donc je vais survoler afin de ne pas me répéter indéfiniment). Sharko, donc, est tout aussi haletant et instructif que les précédents opus. Le célèbre couple Lucie Hennebelle – Franck Sharko que l’on voit évoluer au fur et à mesure des années devient le chasseur chassé, leurs personnalité se modulent en fonction de leurs situations. Je déconseille au petit-déjeuner mais, avis aux amateurs de frisson, foncez !

Rapidement également, Le Meilleur de Bernard Malamud chez Rivage (ou Rivage poche) est considéré comme un ouvrage majeur de la littérature américaine, de ces « grands romans » à la Don Delilo (parmi bien d’autres). Ce qui est particulier avec ces oeuvres selon moi, c’est le ton désabusé et l’espèce d’état second dans lequel semblent se trouver les personnages principaux.

Roy, jeune homme en fin d’adolescence, part accompagné de son mentor tenter sa chance comme frappeur dans une équipe semi-pro de baseball lorsqu’une jolie brune l’en empêche de manière brutale. Le revoilà ensuite, la trentaine bien entamée, réminiscences de sa jeunesse, intégrant enfin son rêve, et se fixant pour objectif de devenir le meilleur joueur de baseball de tous les temps. Tout simplement. Mais tout ne va pas se passer exactement comme il l’avait prévu.
Un roman intéressant, dans le sens où j’y ai appris les bases d’un sport qui m’était jusqu’alors globalement inconnu, où sont exposées les paradoxes et complexités d’une personne face à la réalisation de ses rêves. Intéressant également car symptomatique de l’époque où il fut écrit, machiste et au final, très plat.

On se revoit très vite,

Love.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s