7.09.17

La reprise. La rentrée littéraire, le soleil qui se montre de moins en moins.
On se refait un moral avec une bonne lecture ?

Lovestar a été primé meilleur roman étranger et grand prix de l’imaginaire 2016. Premièrement paru chez Zulma (amour de mon coeur), c’est aux éditions J’ai lu que j’ai eu le plaisir de découvrir l’islandais Andri Snaer Magnason.

lovestar-magnason-1120355897_l

Eric Boury nous traduit avec brio l’histoire du magnat LoveStar qui, fort de sa découverte de la communication qu’utilisent les oiseaux via des ondes, parvient à régir la mort, l’amour, et par là même, la vie des hommes sur Terre. Les humains, auparavant ultra-connectés grâce à l’électronique, deviennent hyper-connectés sans l’aide d’aucun fil. Sous couvert de liberté (qu’il limite en poussant à la consommation), il prône le bonheur et la simplicité enfin retrouvés. Indridi et Sigridur sont amoureux, peut-être trop selon certain, jusqu’à ce que la société de ce Dieu des affaires ne vienne mettre son grain de sel. Parfois, l’engrenage est si bien huilé que l’on y perd tout contrôle et que faire machine arrière semble compliqué.

Jolie dystopie, reprenant des codes d’un Roméo et Juliette sans fioritures, où l’ambition d’un homme à créer la société idéale peut compromettre un libre-arbitre déjà vacillant.

Vous l’aurez compris; si vous êtes à la recherche d’une bonne science-fiction, vous l’avez trouvée. Si vous avez aimé Fahrenheit 451 et 1984, ce sera définitivement votre came.

Alors ? Tentés ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s