24.02.18

Bonne année ! PNGPIX-COM-Colorful-Balloons-PNG-image-1

Comment ça, deux mois de retard ? Je suis actuellement en train de plancher sur un petit quelque chose qui me prend, à nouveau, pas mal de temps et d’énergie. D’où mon absence.

Pendant ces longues semaines pluvieuses et glaciales (avouez, cet hiver, il fait mal, non ?)  je n’ai pas abandonné la lecture, promis. Simplement je n’avais pas l’envie et la motivation d’en écrire mes avis. Je pars du principe que si une chose n’est pas faite avec envie, alors elle sera mal faite. Et si je dois être honnête, je préfère ne pas faire que mal faire.

Si je devais sélectionner les ouvrages qui m’ont principalement marqués durant ces mois passés, je choisirais les suivants (que vous avez vu défiler sur mon feed Instagram si vous me suivez : @emmabvo)

  • Capture d_écran 2018-02-24 à 13.57.43Pukhtu (Primo)  de DOA (Gallimard/Folio Policier) :
    Ce récit mêlant les chemins d’un chef de clan pachtoune en Afghanistan, d’un groupe de mercenaires pseudo-militaires missionés par le gouvernement américain sous couvert d’une guerre déclenchée plus de 10 ans auparavant, des complots au sein de diverses républiques… nous faisant voyager entre les divers continents. Troublant de réalisme.

    Capture d_écran 2018-02-24 à 14.20.20

  • Les vies de papier de Rabih Alameddine (10/18) : 
    Une septuagénaire retrace sa vie beyrouthine, entourée de littérature, à laquelle elle a voué son temps. Un immeuble empli de personnages vivants et attendrissants, nous dévoilant la guerre, les amitiés, le travail acharné. Poétique, charmant, et vous redonnera le sourire.

    Capture d_écran 2018-02-24 à 14.20.37

  • Zero K de Don Delillo (Actes Sud) : 
    Un centre de recherches secret dans lequel il est possible de prendre la mort de vitesse, en programmant un ersatz de celle-ci en mettant son corps en pause. Ross Lockhart fait venir son fils pour assister au départ de sa belle-mère. Médusé devant le fonctionnement de l’endroit, celui-ci se/nous pose énormément de questions sociétales, aussi bien sur l’euthanasie que sur notre mode de vie. Attention : l’écriture de Don Delillo est un poil cynique et désabusé. Avis aux amateurs, donc.

    Capture d_écran 2018-02-24 à 13.58.39

  • Smoke de Dan Vyleta (Robert Laffont) : 
    Un internat en Angleterre au 19e; deux jeunes hommes liés par une amitié des plus fortes, et une mystérieuse fumée qu’exsudent les Hommes depuis des siècles. La fumée est symbole de péchés et seuls les bourgeois savent apprendre à la « contrôler » afin qu’elle ne se repère pas tant. Néanmoins, un certain Julius ne fume jamais… Un beau roman fantastique, nous portant dans des aventures souterraines, des courses-poursuite, des relations intenses, et amenant de bonnes questions quant au paraître dans notre société. Nous serait-il possible de prendre la bonne décision ?
    Capture d_écran 2018-02-24 à 13.59.11
  • L’Hôtel de Y. Vagner (Mirobole) :
    Un groupe de vieux amis russes hautains débarquent dans un hôtel de montagne géré par un petit homme timide. Le soir de leur arrivée, la neige tombe en quantité et les bloque pour une semaine. Alors qu’ils s’apprêtent à se coucher, une des jeunes femmes se fait poignarder alors qu’elle était sortie téléphoner. Alors qu’elle parvient presque à atteindre la porte derrière laquelle se trouvent ses proches, elle perd conscience et décède. Commence alors un huit-clos perclus de tension et de suspens, pour un page-turner psychologique, alors qu’ils comprennent finalement que le meurtrier se trouve parmi eux… Rien de surprenant dans l’intrigue mais efficace. Nuit blanche garantie.

    Capture d_écran 2018-02-24 à 13.58.59

  • Tobie Lolness de Timothée de Fombelle (Gallimard Jeunesse / intégrale) :
    Jolie fresque écologiste pour la jeunesse, tout à fait magique et poétique, qui nous emporte via l’histoire du petit Tobie, un millimètre et demi, vivant avec ses parents dans les basses branches de son arbre. L’arbre comme planète, dans laquelle on retrouve les fameux méchants recherchant le profit en exploitant les ressources jusqu’à la lie, jusqu’à risquer l’anéantissement de leur monde. Récit d’aventures, voyage initiatique via des amitiés, des découvertes, de la curiosité, de la détermination, alors que le jeune homme est poursuivi. Gros coup de coeur, que je sur-conseille aux petits et grands !

    Le_Combat_DHiver_Jean-Claude_Mourlevat

  • Le Combat d’hiver de JC. Mourlevat (Gallimard Jeunesse) : 
    Quatre adolescents reprennent la lutte de leurs parents abandonnée quinze ans plus tôt suite à de multiples tragédies. Echappés de leur internat-prison, les voilà parti faire la révolution pour un monde plus juste. Tout en émotions et combats contre l’injustice, la dimension politique n’en est que renforcée; l’auteur jouant tout en nuances. Un univers bien particulier dans lequel les « hommes-chien » et les « consoleuses » jouent un rôle important. Bonne échappée dans l’imaginaire. J’ai découvert Mourlevat via ce volume, et je ne pense pas m’arrêter là. Ma prochaine lecture étant Le Chagrin du Roi mort.

D’autres lectures ne m’ont pas forcément plues, ou moyennement, dont je vous parlerai certainement plus tard.

Brièvement, j’espère que ces avis sauront trouver grâce auprès de certains. Si vous les avez lus, lesquels avez-vous aimés ?

Bonne lecture les chatons,
à très vite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s